31/03/2010

[Critique] Inglorious Basterds

inglorious-basterds-affiches-ba-vf-l-1.jpg

Kill Bill 1 et 2, Pulp Fiction ou encore Jackie Brown, les réalisations de Quentin Tarantino sont assurément des ovnis cinématographiques issus de l’esprit (très) fertile d’un amoureux inconditionnel du 7ème Art !

 

Boulevard de la mort et Inglorious Basterds sont les deux seuls films que j’ai raté de lui et mon erreur est à moitié pardonné puisque j’ai loué en VOD : Inglorious Basterds !

 

Le Pitch est (au départ) simple puisque en 1944, une bande de Juif américains est réquisitionnés par Aldo Raine (Brad Pitt) afin de rejoindre l’Europe occupé par les Nazis dont le seul et unique objectif est de « casser » du Nazis !

En parallèle, nous suivons le terrible drame vécu par Shosanna Dreyfus (Mélanie Laurent), qui assiste durant son adolescence au massacre de sa famille par le chasseur de Juifs, le colonel Hans Landa et prépare sa rageuse vengeance ! Leur destin à tous, vas les guider vers le même but : éliminer des hauts gradé Nazi !

 

Dès les premières minutes du film, la griffe de Tarantino est là ! La première séquence est une fois de plus un dialogue magistral mené par le Général Hans Landa,  qui tourne d’ailleurs à la torture psychologique, simplement hallucinant dans son rôle de Nazi sans pitié ! Le stress monte crescendo durant cette séquence jusqu’à un final qui glace le sang !

 

La rencontre avec les « Basterds » est très réussie avec un Brad Pitt totalement libéré ! C’est ici le côté déjanté de Tarantino qui prend le dessus avec des personnages ayant de vrai « gueules » ! La violence des traitements qu’ils réservent aux Nazi qu’ils rencontrent sont clairement montré puisque les soldats scalpés sont légions ! Exception faites pour les têtes pulvérisées à coup de battes base ball ou les croix gammées dessinées à la lame d’un couteau sur le front des rares soldats Nazi qui sortent vivant de leur rencontre avec les Basterds ! Ce souvenir ayant pour seul but de marquer à jamais les nazis de leurs crimes !

 

Le film slalome donc entre des séquences de pure violence froide et sans concession dont est capable Tarantino et d’autres séquences de joutes verbales totalement maîtrisé pouvant dépasser le ¼ d’heure sans une seule seconde de trop ! Mention spéciale pour le général Hans Landa juste monstrueux dans ses dialogues, ses mimiques et sa personnalité immensément brillante et vicelarde !

 

Le film porte aussi l’art même du cinéma dans ces pires tourments : la propagande Nazi mais aussi dans ses bon côté puisque Tarantino signe de nombreux clin d’œil stylistique comme à son habitude !

 

Du Tarantino comme on l’aime, assurément !

19:07 Publié dans actu ciné/psp | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : inglorious basterds, quentin tarantino | |  Facebook

Commentaires

C'est un Magnifique film !
Un peu gore lol mais j'adore sa

Écrit par : ConferenceSony | 09/04/2010

Les commentaires sont fermés.